Brûler ses déchets : une atteinte grave à la santé et à l’environnement

Brûler ses déchets ne détruit pas les produits chimiques qu’ils contiennent. Le brûlage modifie leur forme par des réactions chimiques imprévisibles et nocives.

Les dioxines ne sont qu’un des nombreux polluants produits par le brûlage des déchets. Ces agents cancérigènes, toxiques, ne se décomposent pas et sont émis en quantité importante.

Une fois dispersés dans l’air, ils se déposent au sol, dans l’eau et sur les végétaux. Consommés par les animaux, les poissons, les plantes, eux-mêmes consommés en haut de la chaîne alimentaire par les humains.


Exemple : les dioxines, éléments toxiques contenus dans les fumées de toute combustion, ne sont qu’un des nombreux polluants produits par le brûlage des déchets ménagers. Ces agents cancérigènes, très toxiques, ne se décomposent pas. Ils sont bio-accumulables.

Même le brûlage des papiers peut-être risqué en raison de la composition chimique des encres notamment. Ils peuvent également contenir du plastique (prospectus, magazines). Du papier d’apparence propre peut contribuer à la formation de polluants lorsqu’il est brûlé.

Brûler ses déchets : une pratique interdite et illégale

Savez-vous que le brûlage est considéré par l’État comme une infraction ?

« le brûlage à l’air libre des déchets ménagers ou à l’aide d’incinérateur individuel » (les déchets verts entrent dans cette catégorie) est interdit : article 84 du Règlement Sanitaire Départemental.

Pour les déchets des entreprises, leur brûlage constitue une infraction à l’article L 541-25 du code de l’environnement.

Consultez, ci-dessous, la vidéo d’Air Rhône-Alpes : « De l’air dans vos idées reçues : le brûlage des végétaux ».
Retrouvez d’autres vidéos et informations sur leur site : http://delair.air-rhonealpes.fr/